Le Groupe de la Banque africaine de développement exhorte les pays du G7 à soutenir le plan de production alimentaire d’urgence de l’Afrique

Source: African Development Bank Group in French

Le monde doit faire davantage pour lutter contre l’insécurité alimentaire mondiale croissante aggravée par la guerre de la Russie en Ukraine, a déclaré vendredi le président du Groupe de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi Adesina, lors d’une conférence ministérielle du G7.

Les gouvernements, les banques multilatérales de développement, les organisations internationales et régionales, les organisations non gouvernementales, les sociétés civiles et les philanthropes ont demandé, entre autres, à libérer les millions de tonnes de nourriture piégées en Ukraine en raison de la guerre.

Le gouvernement allemand a organisé cette conférence intitulée « S’unir pour la sécurité alimentaire mondiale », afin de coordonner les réponses à la crise alimentaire mondiale causée par le changement climatique, la pandémie de Covid-19, que la guerre en Ukraine a exacerbée.

Dans son discours d’ouverture, la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a appelé à fournir de toute urgence une aide humanitaire, en particulier aux groupes vulnérables, en raison de la guerre et des perturbations de la production agricole en Ukraine, qui est l’un des plus importants greniers alimentaires du monde. Elle a déclaré que l’Allemagne fournirait 2,8 milliards d’euros en 2022 à ses partenaires humanitaires pour soutenir les efforts de secours.

« Nous appelons tout le monde à unir ses forces pour contribuer à mettre de la nourriture dans l’assiette de ceux qui sont affamés, à apporter des médicaments aux malades et à fournir un abri à ceux à qui on a enlevé leur maison, a-t-elle plaidé. Dans tout cela, notre réponse doit être rapide et audacieuse – ce n’est pas une tâche facile, mais nous sommes ici aujourd’hui pour dire que nous agissons unis partout dans le monde. »

S’adressant à la conférence par vidéoconférence, M. Adesina a exhorté l’Allemagne et les autres pays du G7 à soutenir le plan africain de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars élaboré conjointement par la Banque et l’Union africaine pour aider les pays africains à éviter une crise alimentaire imminente.

« Bien que la Banque africaine de développement ait mobilisé 1,3 milliard de dollars sur les 1,5 milliard de dollars nécessaires au plan de production alimentaire d’urgence en Afrique, il nous reste un déficit de financement de 200 millions de dollars, a expliqué le président de la Banque. Je voudrais donc demander à l’Allemagne et à tous les pays du G7 de contribuer à fournir ce solde de 200 millions de dollars. »

L’Afrique dépend fortement des importations de céréales de Russie et d’Ukraine. En raison de la guerre, le continent est confronté à une pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de nourriture, en particulier de blé, de maïs et de soja importés des deux pays.

Adesina a souligné : « Je porte la voix des 1,3 milliard de personnes en Afrique menacées par une crise alimentaire imminente résultant de cette guerre. Pour l’Afrique, nous devons toutefois aller au-delà de l’aide alimentaire d’urgence. Nous devons donner la priorité à la production alimentaire. Nous avons la technologie pour nourrir l’Afrique – l’Afrique n’a pas besoin de tenir des bols en main pour mendier de la nourriture. L’Afrique a besoin de semences dans le sol pour produire de la nourriture pour elle-même. »

La Facilité africaine de production alimentaire d’urgence fournira des semences certifiées à 20 millions de petits exploitants agricoles. Le plan augmentera leur accès aux engrais agricoles et leur permettra de produire rapidement 38 millions de tonnes de nourriture d’une valeur de 12 milliards de dollars.

Un rôle clé pour les institutions financières internationales

Les ministres des pays africains, dont l’Afrique du Sud, la Mauritanie, la Tunisie et la République démocratique du Congo, ont souligné l’impact socioéconomique du changement climatique, du Covid-19 et de la guerre en Ukraine. Ils ont appelé à accélérer les efforts pour mettre fin à la guerre.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a lancé un vibrant appel en déclarant que « des centaines de millions de personnes vivant sur le seuil de pauvreté ont été laminées par cette crise – les travailleurs informels qui sont principalement des femmes, les petits exploitants agricoles, les propriétaires de micro et petites entreprises, les personnes handicapées. »

António Guterres a appelé « les pays développés et les institutions financières internationales à fournir des ressources pour aider les gouvernements à soutenir leur population, à investir dans leur population, en ne laissant personne de côté. Les pays en développement confrontés au défaut de paiement de leur dette doivent avoir accès à un allègement efficace de leur dette afin de maintenir leur économie à flot et de faire prospérer leur population. »

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a tonné : « Nous avons tous cité des chiffres sur cette insécurité alimentaire croissante. Mais ce que nous savons, c’est ceci : nous savons que ces chiffres sont des personnes, des personnes réelles, des vies réelles, des moyens de subsistance réels, des mères, des pères, des enfants. »

Selon M. Blinken, il est temps de transformer les responsabilités et les promesses des différents blocs et institutions en actions concrètes. Il a indiqué que les États-Unis ont approuvé le mois dernier un nouveau financement de 5,5 milliards de dollars pour la sécurité alimentaire mondiale et l’aide humanitaire, en plus d’un engagement antérieur de 2,8 milliards de dollars.

MIL OSI