Le Canton de Vaud, la Commune de Montreux et la Ville de Vevey s’associent pour affirmer leur soutien à la Fondation du Septembre Musical Montreux-Vevey

Source: Swiss Canton de Vaud – news in French

Communiqué de presse

Publié le 21 septembre 2021

Le Canton de Vaud, la Commune de Montreux et la Ville de Vevey ont signé vendredi 17 septembre 2021 une convention quadripartite portant sur une période de trois ans pour renforcer leur soutien à la Fondation du Septembre Musical Montreux-Vevey. Celle-ci organise chaque année le festival du Septembre Musical Montreux-Vevey. Le soutien représente un montant total annuel de 357’590 francs.

Partager la page

Montreux et Vevey sont réputées pour la qualité de leurs événements, qui contribuent tout au long de l’année à la richesse de la vie culturelle de la Riviera. Depuis 75 ans, le festival Septembre Musical Montreux-Vevey s’affiche comme le rendez-vous des plus grands orchestres, cheffes et chefs ainsi que solistes mondiaux, prenant place dans le cadre idyllique des rives du lac Léman. Grâce à sa grande renommée et à son concept thématique de pays hôte d’honneur initié en 2019, l’événement culturel attire chaque année des musiciennes, des musiciens mais aussi un public autant national qu’international.

Afin d’assurer la pérennité du festival, l’Etat de Vaud, représenté par la Conseillère d’Etat Cesla Amarelle, les communes de Montreux et de Vevey, représentées par leurs Syndics respectifs, Olivier Gfeller et Yvan Luccarini, ainsi que la Fondation du Septembre Musical Montreux-Vevey, représentée par Laurent Maire, Président, et Mischa Damev, Directeur, ont signé vendredi 17 septembre une convention de subventionnement quadripartite portant sur les années 2021 à 2023. La démarche vient confirmer la très grande qualité artistique de l’événement qui s’inscrit, de plus, parfaitement dans les politiques culturelles menées tant au niveau local que régional, cantonal ou national.

Créé le 6 septembre 1946 au Casino-Kursaal de Montreux, ce festival de musique classique est le plus ancien de Suisse juste après celui de Lucerne. L’agrandissement du Centre des Congrès de Montreux (2m2c) et la création d’une prestigieuse salle de concert, l’Auditorium Stravinski inauguré en avril 1993, dotèrent ensuite le festival d’un écrin aussi moderne que performant. Le développement de l’événement a notamment pu être assuré par un soutien financier sans cesse renouvelé des deux communes hôtes, Montreux et Vevey, ainsi que de l’Etat de Vaud. Sa 75e édition se tient encore jusqu’au 30 septembre prochain.

Pour mémoire, les communes de Montreux et Vevey affirment au travers de leurs subventions une politique de soutien active et leur désir d’aider, dans la mesure de leurs moyens, les initiatives et institutions intéressantes pour la région, respectivement la destination. Les objectifs principaux sont les suivants : offrir à la population de nombreuses et différentes formes d’expressions culturelles à un tarif abordable; aider la formation et la création culturelles; promouvoir les communes comme destinations culturelles. L’Etat soutient, par l’intermédiaire d’aides financières, la formation musicale, la pratique de la musique, l’organisation de concerts et de festivals, les actions de médiation facilitant l’accès pour toutes et tous aux œuvres musicales et la création ainsi que la diffusion d’œuvres créées par des artistes vaudois.

L’Etat de Vaud, la Commune de Montreux, la Ville de Vevey et la Fondation du Septembre Musical Montreux-Vevey se réjouissent de leur excellente collaboration et espèrent que cette première convention permettra de continuer à développer l’offre culturelle non seulement sur la Riviera mais également au bénéfice de l’ensemble du Canton et de la Suisse.

Bureau d’information et de communication de l’Etat de Vaud

Renseignements

  • DFJC, Cesla Amarelle, conseillère d’Etat,
    021 316 30 01
  • Commune de Montreux, Jean-Baptiste Piemontesi, Conseiller municipal, Direction de l’économie, de la culture et du tourisme,
    079 287 22 55
  • Ville de Vevey, Alexandra Melchior, Conseillère municipale, Direction de la culture,
    021 925 52 40
  • Yvonne Braun, Communication, Fondation du Septembre Musical Montreux-Vevey,
    079 205 00 68

Téléchargements

Cette page permet de retrouver tous les communiqués publiés depuis 1997 par le Conseil d’Etat, les départements de l’administration cantonale, le Grand Conseil et l’Ordre judiciaire. Son raccourci est www.vd.ch/communiques.
Les communiqués diffusés par les autres institutions de l’Etat sont disponibles sur les pages suivantes:

MIL OSI

50 ans de suffrage féminin en Suisse – Réception du corps diplomatique et des Chambres fédérales

Source: Switzerland – Canton Government of Bern in French

Headline: 50 ans de suffrage féminin en Suisse – Réception du corps diplomatique et des Chambres fédérales

Le Conseil municipal de la ville de Berne et le Conseil-exécutif du canton de Berne entretiennent des échanges réguliers avec les membres du Corps diplomatique et les parlementaires fédéraux. Cette année, les deux gouvernements ont convié leurs hôtes nationaux et internationaux à l’exposition « Des femmes au Palais fédéral ! 50 ans de suffrage féminin en Suisse », une rétrospective proposée par le Musée d’Histoire de Berne et l’Université de Berne. Des questions d’actualité liées à la démocratie suisse étaient également au menu des discussions.

MIL OSI

« Nous avons les ressources, nous manquons de soutien politique », déclare le Président de l’Assemblée générale

Source: United Nations – in French

Headline: « Nous avons les ressources, nous manquons de soutien politique », déclare le Président de l’Assemblée générale

Le Président de la 76ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, a ouvert mardi matin le débat annuel en soulignant les progrès réalisés dans la lutte contre la pandémie de Covid=19 et la disponibilité des ressources pour surmonter les défis mondiaux restants. Il a affirmé que le soutien politique et le soutien financier sont essentiels pour atteindre la stabilité.

MIL OSI

Journ?e mondiale de la s?curit? des patients : l’OMS encourage le Tchad ? agir maintenant pour un ? accouchement s?r et respectueux ?

Source: African Press Organisation in French

KAMPALA, Ouganda, 21 septembre 2021/APO Group/ —

Ce vendredi 17 Septembre 2021, le Bureau de l’OMS au Tchad s’est associé au Secrétariat général du Ministère de la Santé publique et de la Solidarité nationale du Tchad pour célébrer la journée mondiale pour la sécurité des patients instaurée par l’Assemblée mondiale de la santé dans sa Résolution intitulée « Action mondiale pour la sécurité des patients ».

La sécurité des patients est un domaine des soins de santé qui a émergé avec la complexité croissante des systèmes de santé et la hausse des préjudices causés aux patients au sein des établissements de santé. Les erreurs humaines sont rarement commises par négligence, mais résultent plutôt de défauts, de failles ou de dysfonctionnements des systèmes, des procédés et des procédures avec lesquels les acteurs humains travaillent.  Ces failles entraînent inévitablement des erreurs et les effets préjudiciables y relatifs sont souvent catastrophiques aux patients.

L’OMS a identifié trois Défis mondiaux majeurs que le monde doit relever pour améliorer la sécurité des patients: « Un soin propre est un soin plus sûr ». Ce défi appelle les Etats membres à lutter contre les infections associées aux soins (infections hospitalières ou infections nosocomiales) en améliorant l’hygiène des mains du personnel soignant. A elles seules, les infections associées aux soins représentent plus de 50% de préjudices que subissent les patients au cours des soins (https://bit.ly/3CCOdhZ)

  « Une chirurgie plus sûre pour épargner des vies ». Ce Défi sera relevé en luttant contre les évènements indésirables liés à l’acte chirurgical et qui sont à la base de plusieurs décès et handicaps. L’application et le suivi systématique d’une liste de contrôle (check-list) établie par l’OMS (https://bit.ly/3EA9VFb/  ou https://bit.ly/2XDuHlZ) avant d’opérer un patient pourrait réduire jusqu’à 85% le handicap et le décès dus à l’acte chirurgical. 

« Les médicaments sans les méfaits ». Toute personne dans le monde prendra à un moment de sa vie des médicaments pour prévenir ou traiter une maladie. Cependant, les médicaments sont parfois à l’origine d’effets préjudiciables graves s’ils sont pris de manière incorrecte, avec un suivi insuffisant ou à la suite d’une erreur, d’un incident ou d’un problème de communication.  Toutes les erreurs de médication sont potentiellement évitables. Elles peuvent donc être substantiellement réduites ou même prévenues par une amélioration des systèmes et des pratiques de médication, et notamment la commande, la prescription, la préparation, l’administration et le suivi. Compte tenu de l’ampleur du sujet, les objectifs donnés à ce troisième Défi sont de sauver des vies et de réduire les effets préjudiciables liés à une médication en remédiant de manière spécifique aux failles dans la prestation des services et en développant plus efficacement les systèmes de soins de santé (https://bit.ly/3AwGtNE)

Dans les pays où les données épidémiologiques existent, on estime que des événements indésirables se produisent chez 4 à 16 % de tous les patients hospitalisés. Plus de la moitié d’entre eux se produisent lors des soins chirurgicaux, et plus de la moitié sont évitables. Les injections dangereuses, le sang, les médicaments, les infections associées aux soins dues au manque d’hygiène des mains du personnel soignant , sont autant d’événements indésirables, qu’on pourrait aisément éviter en appliquant les principes et règles simples établis par l’OMS comme expliqué plus haut.  Même si dans plusieurs pays africains, dont le Tchad,  l’ampleur des problèmes liés à la sécurité des patients n’est pas bien connue, le peu d’études sur ce sujet montrent qu’elles sont jusqu’à 20 fois parfois plus fréquentes que dans les pays développés (Bulletin of the World Health Organisation 89(10):757-65)

Le thème retenu pour l’édition 2021 de la Journée mondiale de la sécurité des patients est « Soins maternels et néonatals sans risque » ! La campagne exhorte les pays à « Agir maintenant pour un accouchement sûr et respectueux ! ». Cette campagne est particulièrement pertinente dans un pays comme le Tchad qui enregistre 22 décès maternels par jour.  Le drame des décès maternels est qu’ils sont toujours largement évitables.

Les décès de nouveau-nés sont étroitement liés à l’accès et à la qualité des soins fournis aux mères. Au Tchad, selon les données les plus récentes, le taux de mortalité néonatale est de 34 décès pour 1000 naissances vivantes, très éloignés des estimations de l’OMS qui sont de 12 décès/1000 naissances vivantes.

C’est dans ce contexte que l’OMS accompagne le Tchad dans ses efforts à lutter contre les décès maternels et néo-natals. Ainsi, avec l’aide de l’OMS, le Tchad prépare un Dialogue national de haut niveau sur la santé maternelle, néonatale et infantile dont l’objectif est de s’engager sur les stratégies et interventions reconnues efficaces pour la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Le souhait de l’OMS est de voir le Tchad atteindre les objectifs de développement durables (ODD) pour ces deux indicateurs à l’horizon 2030 i.e., au plus 144 décès maternels /100.000 naissances vivantes et 12 décès néonatals/1000 naissances vivantes. Pour ce faire les efforts à fournir sont de réduire les décès maternels de 15% chaque année pour être au rendez-vous des ODD en 2030 en matière de décès maternels. L’OMS sera toujours aux côtés du Tchad sur son long chemin vers l’atteinte de ces ODD.

MIL OSI

Note aux rédactions_Conférence de presse dédiée au Projet de loi de finances (PLF) du ministère des Armées

Source: Republic of France in French
La République française a publié la déclaration suivante:

  • Le 22 septembre 2021 à 14h30, Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, présentera le Projet de loi de finances (PLF) du ministère des Armées pour l’année 2022 lors d’une conférence de presse organisée à Balard.
  • Conformément aux engagements de la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, le PLF 2022 dégage pour les armées des crédits en hausse de 1,7 milliard d’euros. Ce budget soutient ainsi les montées en puissance d’équipements majeurs, du recrutement, de l’innovation et de secteurs stratégiques comme le cyberespace et le domaine spatial.
  • A l’issue de la présentation de Hervé Grandjean, Guillaume Vimont, responsable Data Science & Big Data à la délégation à la transformation et à la performance ministérielles, présentera le baromètre de la LPM, site internet permettant à chaque Français de s’informer sur les conséquences concrètes d’un budget en hausse pour le ministère des Armées et tous les personnels militaires et civils.

1/ Accréditations

Les journalistes doivent s’accréditer avant le mercredi 22 septembre 2021 à 11h00, en précisant le mode de participation souhaité (présentiel ou audioconférence) auprès de media@dicod.fr.

En présentiel :

Lieu : salle Koenig – pôle communication de Balard

Ouverture des portes : 14h15, rue du général Alain de Boissieu, 75015 Paris

Attention : le nombre de places est limité en raison des recommandations et mesures sanitaires en vigueur.

En audioconférence :

Les informations de connexion seront envoyées à chaque personne accréditée.

2/ Dispositions sanitaires

Compte tenu des mesures sanitaires en vigueur, les contrôles seront renforcés pour les personnes en présentiel :

  • carte d’identité exigée pour accéder au site
  • contrôle du pass sanitaire
  • gel hydro-alcoolique disponible à l’entrée de la salle Koenig
  • port du masque obligatoire dans les locaux
  • distribution d’un gant pour poser les questions au micro

Contact media : 

Centre media du ministère des Armées

media@dicod.fr

09 88 67 33 33

MIL OSI

« Nous avons les ressources, nous manquons de soutien politique », déclare le Président de l’Assemblée générale à l’ouverture du débat annuel »

Source: United Nations – in French

Headline: « Nous avons les ressources, nous manquons de soutien politique », déclare le Président de l’Assemblée générale à l’ouverture du débat annuel »

Le Président de la 76ème Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, a ouvert mardi matin le débat annuel en soulignant les progrès réalisés dans la lutte contre la pandémie et la disponibilité des ressources pour surmonter les défis mondiaux restants. Il a affirmé que le soutien politique et le soutien financier sont essentiels pour atteindre la stabilité.

MIL OSI

Examen du permis de conduire : la plateforme d’inscription en ligne étendue à 6 nouveaux départements

Source: Republic of France in French
La République française a publié la déclaration suivante:

Crédits : © Richard Villalon – AdobeStock

Déjà accessible dans 17 départements d’Occitanie et de la Nouvelle Aquitaine, le dispositif Rdv permis permettant de prendre directement rendez-vous en ligne pour l’examen pratique du permis de conduire a été étendu à 6 nouveaux départements : les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse. Le dispositif sera peu à peu généralisé à l’ensemble du territoire jusqu’au 1er novembre 2022.

Comment ça marche ?

Pour vous inscrire, vous avez deux possibilités :

  • donner mandat à une école de conduite pour vous inscrire sur Rdv permis , et vous serez informé par mail en temps réel de toutes les démarches effectuées à votre nom ;
  • créer votre un compte directement sur l’application de réservation et choisir de poursuivre mes démarches, soit avec une école de conduite, soit en candidat libre.

Pour réserver votre place à l’examen, une fois inscrit, les modalités sont les suivantes selon votre situation :

  • si vous êtes dans une école de conduite, vous pouvez choisir en accord avec votre formateur et en fonction de votre planning de formation le centre d’examen, la date et le créneau horaire de votre choix.
  • si vous êtes candidat libre, vous pouvez vous même choisir le centre, la date et le créneau horaire, et vous devez déclarer l’identité de la personne (un enseignant de la conduite par exemple) qui vous accompagnera le jour de l’examen, il doit être titulaire de la catégorie B du permis de conduire. Le jour de l’examen, vous devez fournir un véhicule équipé de double commande conforme à la réglementation en vigueur.

Vous êtes gérant d’une école de conduite ?

Vous disposez désormais d’un espace pro.permisdeconduire.gouv.fr où vous pouvez :

  • inscrire vos candidats, visualiser en temps réel les places disponibles et effectuer les réservations pour le compte de vos élèves ;
  • consulter toutes les informations relatives à mes candidats : réservations, annulations, délais de représentation ;
  • permuter deux candidats programmés sur une même semaine sans aucune limite ;
  • effectuer des remplacements de candidats pour palier à un imprévu, mais selon certaines limites ;
  • bénéficier d’un système régulé qui se base sur vos besoins à venir et non sur vos examens passés.

Les pénalités

Afin de limiter l’absentéisme aux seuls événements imprévisibles, toute place réservée et non utilisée entraînera un délai avant une nouvelle réservation, de 40 jours.

De plus, pour inciter les candidats à se présenter avec un bon niveau de préparation, le délai pour se représenter après un échec dépendra du résultat obtenu : plus le niveau aura été faible lors de l’examen, plus il faudra attendre.

MIL OSI

MesConseilsCovid : un outil d’information et de conseils pour tous

Source: Republic of France in French
La République française a publié la déclaration suivante:

Crédits : © Ministère des Solidarités et de la Santé

Vous avez des symptômes du Covid-19 ? Vous êtes isolé chez vous après avoir été diagnostiqué positif ? Vous êtes « cas contact » et vous cherchez la marche à suivre ? Vous vivez avec une personne testée positive au Covid ? Le site « MesConseilsCovid », mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé, répond à toutes vos questions pour savoir ce que vous devez faire dans une situation liée au Covid.

Quoi faire dans telle situation ?

Isolement, test positif, contact à risque, vaccination, passe sanitaire… Le site MesConseilsCovid répond à toutes vos questions sur ces différentes situations. Vous y trouverez les informations et les conseils adaptés à chaque situation :

  • Je suis cas contact Covid, que faire ?
  • J’ai des symptômes de la Covid ou mon test est positif, que faire ?
  • Pass sanitaire, QR code et voyages, que faut-il savoir ?
  • Je suis vacciné(e), que faut-il savoir ?
  • Je souhaite me faire vacciner, que faut-il savoir ?
  • Je vis avec une personne positive à la Covid, que dois-je faire ?
  • Les tests de dépistage ?
  • Conseils pour les mineurs : vaccination et rentrée

En cas de symptômes évocateurs du Covid, vous pouvez obtenir des conseils personnalisés pour vous ou pour vos proches en remplissant un questionnaire.

En répondant à quelques questions sur votre état de santé, vos éventuels symptômes du Covid-19, votre lieu de résidence, vos contacts récents, le résultat du test si vous en avez fait un, la composition de votre foyer (présence d’enfants ou de personnes à risque), vos éventuelles pathologies pouvant déterminer des facteurs de risque, vos caractéristiques physiques, votre activité professionnelle…, vous obtiendrez en moins de 3 minutes des conseils personnalisés sur la conduite à tenir en fonction de votre situation.

  A savoir : Outil d’information, de prévention et d’accompagnement, « MesConseilsCovid » a été élaboré par une équipe réunissant des experts techniques, des professionnels de santé (infectiologues, anesthésistes, généralistes…) et des associations de patients.

Vos données personnelles

Les données que vous déclarez (votre état de santé, votre lieu de résidence, votre situation professionnelle) sont traitées, le temps de fournir la recommandation appropriée et sur la base de votre consentement. Ces données à caractère personnel sont stockées sur votre navigateur. Le ministère des Solidarités et de la Santé n’a pas accès à ces données. En cours de navigation, vous pouvez les supprimer en cliquant sur le lien prévu à cet effet en bas de chaque page. Seules vos données de connexion au service (heure, date…) sont conservées pour répondre à une obligation légale et pour une durée d’1 an.

MIL OSI

Point-justice : des lieux d’accès au droit près de chez soi

Source: Republic of France in French
La République française a publié la déclaration suivante:

Crédits : © Ministère de la Justice

Les différents lieux d’accès au droit partagent désormais une même appellation : les « points-justice ». Ce réseau local a pour but de relier les structures qui rendent un service commun. Grâce à son articulation avec le réseau France Services, chacun peut trouver près de chez lui un lieu où être informé, aidé et orienté pour faire valoir plus facilement ses droits. Plusieurs « points-justice » sont d’ailleurs directement implantés dans les espaces France Services. Où vous adresser et quelle aide pouvez-vous trouver ?

Sur tout le territoire national, il existe 1 748 points et relais d’accès au droit (PAD/RAD), 148 maisons de justice et du droit (MJD) et 30 antennes de justice (AJ) au service des usagers. Ceux-ci seront désormais identifiés par le logo « point-justice ».

Points-justice : être accompagné par un expert

Vous pouvez trouver dans les point-justice une aide juridique gratuite, confidentielle et ouverte à tous sur les différents sujets qui vous concernent : famille, logement, travail, consommation… Des professionnels du droit et de la justice vous apportent leur expertise : juristes, avocats, conciliateurs de justice, notaires, huissiers de justice, délégués du Défenseur des droits, délégués du procureur de la République, associations d’aides aux victimes… Ces spécialistes peuvent répondre à des besoins locaux spécifiques. Par exemple, vous trouverez des permanences de juristes ou avocats spécialisés en droit des étrangers ou en droit de la famille dans des zones où le besoin d’accompagnement sur ces thèmes s’est accru.

France Services : trouver une information généraliste, réaliser une démarche

Les espaces France Services vous accueillent pour réaliser, seul ou accompagné par un agent formé aux interfaces numériques, un grand nombre de démarches administratives (déclarer ses revenus, gérer son prélèvement à la source, déclarer sa situation auprès de Pôle Emploi ou ses ressources à la Caf, renouveler ses papiers d’identité ou sa carte grise…). En matière juridique, vous y trouvez une information généraliste et vous pouvez être aidé dans les domaines suivants :

  • être orienté vers un point-justice ;
  • apprendre à utiliser le site justice.fr et ses principales fonctionnalités ;
  • obtenir des coordonnées de professionnels de justice locaux (avocats, notaires, huissiers…) ;
  • réaliser une démarche de demande d’extrait du casier judiciaire ;
  • être orienté vers les associations d’aide aux victimes, et/ou vers le Bureau d’aide aux victimes (BAV) ;
  • obtenir une présentation de la plateforme téléphonique d’aide aux victimes 116 006 ;
  • être orienté vers le Service d’accueil unique du justiciable (SAUJ) du Tribunal judiciaire ;
  • saisir le délégué du Défenseur des droits.

MIL OSI

Successions internationales : un prélèvement compensatoire pour les enfants déshérités

Source: Republic of France in French
La République française a publié la déclaration suivante:

Crédits : © Андрей Яланский – stock.adobe.com

Pour garantir la part de l’héritage qui doit obligatoirement revenir aux héritiers réservataires (descendants) ou au conjoint survivant en l’absence de descendants, un prélèvement compensatoire a été mis en place. Il permet aux enfants déshérités par une loi étrangère de récupérer l’équivalent sur les biens de la succession situés en France. Ce dispositif s’inscrit dans le cadre de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République. Le détail avec Service-Public.fr.

Pour que le prélèvement compensatoire s’applique, toutes les conditions suivantes doivent être respectées à la fois :

  • le défunt, ou au moins l’un de ses enfants, doit être ressortissant, ou résident habituel, d’un État membre de l’Union européenne, au moment du décès ;
  • la loi étrangère applicable à la succession ne doit pas prévoir les dispositions relatives à la réserve héréditaire: titleContent. En revanche, si la loi étrangère assure à chacun des enfants un droit sur une partie de la succession, le dispositif de prélèvement sera inapplicable ;
  • la succession doit comprendre des biens meubles (par exemple, des meubles, des bijoux, des véhicules…) ou immeubles situés en France.

Le prélèvement compensatoire ne concernera que les successions internationales ouvertes à compter du 1er novembre 2021.

  A savoir : Si le notaire constate que les droits des héritiers réservataires sont susceptibles d’être atteints par les dispositions prises par le défunt, il doit avant tout partage, informer chaque héritier de leur droit de demander une réduction des libéralités qui dépassent la quotité disponible. L’information doit être donnée aux héritiers concernés et connus et de façon individuelle.

MIL OSI